Sol Invictus




Billet Nº20   •   21 décembre 2014 Révision orthographique requise!
Lire le billet en anglais ou en espagnol.
Si vous voulez m'aider à réviser (français, anglais, espagnol) ce billet, cliquez ici.




Aujourd'hui, c'est le solstice d'hiver dans l'hémisphère nord. Pour le grand plaisir des fêtard-e-s (et il y en a beaucoup à la Nouvelle-Orléans), la nuit sera longue. Au contraire, pour les cyclistes, la journée sera courte. Je pense que à peu près tout le monde préfère les longues journée ensoleillés, mais quand notre activité quotidienne dépend de la lumière du jour (j'essaie autant que faire se peut, d'éviter de rouler la nuit), on comprend mieux l'importance des solstices (et des équinoxes) pour les peuples de l'antiquité.

De nos jour, les célébrations entourant ces événements ont évolué, mais n'ont évidemment pas disparu. Comme beaucoup de gens le savent, en Occident, le christianisme les a récupérées pour faciliter la conversion des peuples païens. On peut penser par exemple aux deux principales fêtes chrétiennes, Noël et Pâques qui coïncident approximativement avec le solstice d'hiver et l'équinoxe de printemps (ou l'équinoxe vernal comme dirait sûrement Homère). De la même manière, bien qu'elle soit de moindre importance, la Saint-Jean-Baptiste se célèbre quelques jours après le solstice d'été.

Enfin, à partir de maintenant et jusqu'à ce que je traverse l'équateur (je prévois y arriver avant le 21 juin quand même…), les journées (en un point donné, x=x0) vont se rallonger. En contre-partie, en me dirigeant vers le sud, les journées (pour une date donnée, t=t0) vont se raccourcir. Reste à savoir lequel de ces deux effets sera le plus important. Avec des journées plus longues, je pourrai évidemment couvrir plus de distance ou encore rouler avec moins d'empressement et ainsi mieux profiter de mon parcours.

J'essaie d'éviter de rouler la nuit pour deux raisons. La première est la visibilité réduite (tant pour moi que pour les voitures). La seconde est la température. Quand la nuit tombe, le mercure chute et parfois de façon drastique (je pense notamment au début de nuit glacial que j'ai connu en me rendant à Prairie-du-Rocher ). Peut-être que quand je serai plus dans la sud, j'apprécierai la fraîcheur nocturne, mais pour l'instant, c'est pas le cas. En plus, avec l'hiver qui arrive, la température sera encore plus froide. Des journées plus longues seront donc grandement appréciées.

Vive le Soleil!
À bas les les Ténèbres qui ne le vaincront jamais! (Sauf peut-être dans cinq milliards d'année, mais ça, c'est une autre histoire ça...)