Vu du ciel



Le géoglyphe du colibri.

Billet Nº57   •   25 septembre 2015 Révision orthographique requise!
Billet non-traduit. ☹
Si vous voulez m'aider à réviser (français) ou à traduire (anglais, espagnol) ce billet, cliquez ici.




Un des chemins les plus populaires pour se rendre de Lima à Cusco en vélo est celui qui passe par Ayacucho. Une alternative intéressante est de suivre la côte jusqu'à Nasca, ce qui permet d'aller voir les fameuses lignes. La meilleure manière de les observer, c'est de prendre un petit avion à l'aéroport, par contre son coût est assez élevé (80 US$ – soit un peu plus que 100$), ce qui fait que plusieurs personnes m'ont dit qu'il valait mieux se contenter du mirador en bordure de route.

Je suis arrivé dans la plaine de Nasca à la brunante. Il y avait un vent de face terrible, je dépassais à peine les 4 km/h. Au milieu de la route se trouvait le mirador en question. Malgré les avis reçus, j'avais décidé de prendre l'avion le jour suivant. Je ne pensais donc pas monter dans la structure haute d'un d'une dizaine de mètres, mais puisque c'était là, j'y suis allé. Pour seulement 2 sols (soit moins que 1$), je m'étais dit que ça me donnerait un avant-goût de ce que je verrais le lendemain ainsi qu'un moment de répit pour me reposer du vent (j’espérais naïvement qu'il se calme une fois la nuit venue). Du haut du mirador, on ne voit que deux géoglyphes (ceux de l'arbre et des mains) et en plus on ne les voit pas très bien, il faut un peu les deviner. Après avoir survoler la plaine le jour suivant, je vous dirais que recommander à quelqu'un de se contenter du mirador serait comparable de suggérer à une personne ayant parcouru un long trajet pour se rendre à la plage par une chaude journée d'été de prendre une douche au lieu d'aller se baigner à la mer… Si vous ne prévoyez pas prendre l'avion, le détours par Nasca ne vaut pas trop la peine à mon avis. Et est-ce que le vol vaut la peine lui? Ce n'est inintéressant, mais étant donné le coût, je pense que plusieurs vont rouspéter.

À droite: le mirador en question À gauche: le géoglyphe de l'arbre vu depuis le mirador (avouez qu'on ne voit pas grand chose).

Le vol dure normalement environ 45 minutes et s'effectue dans un petit avion pouvant accueillir 5 passagers (en plus du pilotes et du copilotes). À l’aéroport on nous a pesé (j'étais avec 4 touristes inconnu-e-s parlant allemand) pour s'assurer que le poids soit bien réparti. Les conditions météorologiques n'étaient pas idéales, c'était très venteux. On a en fait été le dernier avion autorisé à décoller; après notre retour, l'aéroport a été fermé pour la journée. Il y avait beaucoup de turbulence. Le pilote a dû fournir un chiffon imbibé d'alcool aux deux passagères qui ne sentaient pas très bien. Un autre avion, pourtant parti avant nous, a dû quant à lui rebrousser chemin après avoir survolé seulement les trois quarts des géoglyphes prévus. Puisque les passagers ont été remboursés (sauf pour les frais aéroportuaires), je me suis dit que cela aurait peut-être été mieux d'embarquer dans leur avion, surtout qu'à la fin du trajet, moi aussi j'ai commencé à avoir le mal de l'air (une fois revenu au sol, il m'a fallu près de trois heures pour me rétablir).

Voici donc des photos de quelques-uns des géoglyphes que j'ai pu admirer vu du ciel. Ma caméra n'est pas de la meilleure qualité qu'il soit, les photos ont été prises à travers d'une fenêtre et l'avion virevoltait dans les bourrasques de vents, alors cela a donné ce que cela a donné. On ne voit pas aussi bien le contraste entre les lignes et le sol que sur les photos qu'on voit sur les posters dans les livres ou sur Internet. Moi je pensais que c'était qui à cause du fort vent qui avait un peu ensevelie les pierres sous le sable, mais des gens (qui semblaient aussi peu qualifiés que moi pour ce genre de questions) soutenaient que cela ne changeait pas grand-chose. Quoiqu'il en soit, les photos qui suivent ont été retravaillées numériquement (avec un succès limités) pour changer le contraste.

Astronaute Singe
Araignée Arbre et Mains


Bon, vous me direz que sur la photo prise depuis l'avion, on ne voit pas beaucoup mieux le géoglyphe de l'Arbre sur la photo prise depuis le mirador. Le problème se situe justement au niveau dans la prise de photo. Avec nos yeux, la différence est énorme. Par ailleurs, le nom d'Astronaute donné à un des géoglyphes vous fait peut-être tiquer comme moi. On voit bien la ressemblance, mais avec toutes les théories farfelues qui prétendent que les lignes de Nazca ont été construites par (ou pour) des extra-terrestres, je trouve ça un peu mal venu. J'ai toujours trouvé ces explications plutôt racistes comme si les peuples pré-colombiens (ou de la même manière, les égyptiens) n'avaient pas le génie des européens et ne pouvaient pas bâtir d'eux-mêmes de telles œuvres. Tant qu'à tirer des conclusions loufoques à partir des lignes, moi, je dirais que ceux qui les ont bâties avaient des connaissances approndies en calcul différentiel puisque sur l'image à la droite, on reconnait clairement les lettres grecques delta et epsilon (Δε)...

***

En milieu d'après-midi, mon hôte m'a suggéré d'aller voir une agence pour aller faire un tour dans les dunes du Cerro Blanco (en). Toutes les agences offrent grosso modo la même chose: visite de l'aqueduc de Cantalloc (it), du centre céromoniel de Cahuachi et le cimetière de Chaucilla (es). Le tour se termine par quelques descentes en planche dans les dunes. Mon hôte savait où trouver un bon prix, mais en chemin j'ai croisé Audrey et Élise, deux cyclistes françaises, qui avaient su négocier un prix ridiculement bas, on a payé 50 sols (environ 20$), alors que d'autres membre de notre groupe avient payé plus de 100 sols… Le vent soufflait aussi fort que la veille. On avait même annoncé un tempête de sable pour l'après-midi, qui finalement n'est jamais venu.

Aqueduc de Cantalloc



Site cérémoniel de Cahuachi


À gauche: Audrey, moi et Élise. À droite: comment reconnaître des cyclistes sans leurs vélos? Leur souliers!


Cimetière (profané) de Chaucilla



Planche-à-neige, mais dans le sable...