Les chroniques de Sarnia ou Le vent du Wyoming




Billet Nº6   •   12 novembre 2014 Révision orthographique requise!
Lire le billet en anglais.
Si vous voulez m'aider à réviser (français) ou à traduire (espagnol) ce billet, cliquez ici.




Aujourd'hui, le vent a été vraiment terrible. Quand on traverse un parc éolien de 10 km de long, on peut se douter que ça ira pas nécessairement très vite dans une des deux directions... Malheureusement pour moi, le vent soufflait dans ma face. Ça m' a pris près de deux heures le traversé (je roulais à 5 km/h, j'exagère pas). En plus, aujourd'hui, j'ai été pris en chasse quatre fois par des chiens (depuis le début de mon voyage, ça m'était arrivé juste deux fois). Comme d'habitude, il y a eu plus de peur que de mal, mais il un chien qui est apparu sans prévenir (d’habitude ils jappent de loin) et m'a fait faire un saut. Par réflexe, j'ai dévié d'un coup sec vers la route. Une voiture m'a klaxonné. Si c'était arrivé 5 secondes plus tard, c'était un accident assuré.

Rendu à Sarnia, au moins c'était l'fun. J'étais hébergé par Simone, une étudiante brésilienne (il y a un institut pétro-chimique à Sarnia et le gouvernement brésilien a un entente avec lui). C'était la fête d'un de ses colocs et il y a avait une vingtaine de brésiliens et de brésiliennes qui étaient là pour l'occasion. Ils et elles venaient de différentes parties du pays. Si jamais je décide de continuer mon voyage au Brésil après avoir atteint Buenos Aires, je vais avoir des contacts un peu partout au Brésil!