Ushuaïa, lointaine et seule



Voici le trajet que j'avais initialement planifié pour me rendre à Ushuaïa.

Billet Nº79   •   1er avril 2016 Révision orthographique requise!
Billet non-traduit. ☹
Si vous voulez m'aider à réviser (français) ou à traduire (anglais, espagnol) ce billet, cliquez ici.




Mon voyage semble tirer à sa fin... Je voulais me rendre jusqu'à Ushuaïa, mais le prix du billet d'avion était beaucoup plus avantageux si je m'arrêtais à Punta-Arenas le 4 avril... Ushuïa, c'était mon objectif de départ (la ville la plus au sud du monde - il y a des villages comme Puerto-Williams encore plus au sud, mais ça ne compte pas), mais il ne faut pas en faire une obsession. Malgré tout, c'est avec un petit pincement au coeur que je vais terminer mon voyage à Punta-Arenas. Pour évacuer cette tristesse, J'ai écrit le poème qui suit (c'est en espagnol et la poésie, ça se traduit mal...).


Bicicleta morada, luna grande,
y arvejas en mi alforja.
Aunque sepa los caminos
yo nunca llegaré a Ushuaïa.


Por el llano, por el viento patagonico,
bicicleta morada, luna roja.
La suerte me está mirando
desde las torres de control del aeropuerto de Punta Arena.


¡Ay qué camino tan largo!
¡Ay mi bicicleta poderosa!
¡Ay, que un avion me espera,
antes de llegar a Ushuaïa!


Ushuaïa.
Lejana y sola.

Commentaire inutile à m'envoyer: ta poésie me touche beaucoup, Federico García Lorca.




Poisson d'avril!



Il est passé minuit où je suis, donc on est le 2 avril. Il est temps de vous dire la vérité. Je ne prendrai pas d'avion à Punta Arena et je me rendrai à Ushuïa. Après, je vais remonter vers le nord en vélo. J'avais surtout l'intention d'attraper ma famille et mes ami-e-s à Montréal en annonçant mon retour à la maison. Pour les autres, cela avait moins de sens, mais quelques personnes ont mordu. J'aurai peut-être seulement dû annoncer mon retour sans ajouter que je ne me rendrai pas à Ushuaïa, mais comme disait l'ami d'Antoine Doinel, «plus c'est gros, plus sa passe».


«Ahahhhhh! bien joué, tu m'as eu! Ça me semblait plausible». Benoit Lefebvre.

«M'en suis douté[e]». Maria Giguère.

«C'est un peu louche tout ça. Réécris-nous demain pour confirmer. ». Martin Nantel-Valiquette.

«Donc tu reviens pas?». Carl-Philippe Rheault.