Je pourrais être n'importe où, même à Détroit!



Le centre Renaissance.

Billet Nº9   •   16 novembre 2014 Révision orthographique requise!
Lire le billet en anglais.
Si vous voulez m'aider à réviser (français) ou à traduire (espagnol) ce billet, cliquez ici.




Voici en vrac quelques photos, avec de courts commentaires, sur des aspects plus positifs de la ville. J'ai pris la peine de les séparer de mon précédent billet (il est pas encore en ligne, il a besoin d'être édité), car j'ai scrupules à montrer que je me suis amusé là-bas, alors qu'en même temps, j'avais été frappé par l'indigence dans laquelle vivaient plusieurs citoyen-ne-s de la ville.

Je n'ai pas trouvé d'hébergement à Détroit même. Mon hôte habitait à Grosse-Pointe à un peu moins de 10 km du centre-ville. J'étais pas trop loin des rues Charlevoix et Cadieux si jamais il y en a qui connaissent un peu le coin.



Avant de me rendre au centre-ville je suis passé par le parc de Belle-Isle. C'était auparavant un parc municipal, mais étant donné les problèmes financiers de Détroit, c'est l'État du Michigan qui en est maintenant propriétaire. L'endroit est joli, mais j'imagine que c'est plus agréable y aller l'été.



J'avais rendez-vous en début d'après-midi au café du Guardians, un célèbre immeuble art-déco, avec Andréanne une physicienne reconvertie dans le journalisme. Elle travaille au sud de la frontière à Windsor (ben oui, Détroit c'est au nord du Canada, ça doit être pour ça que c'est aussi froid!). On a fait un tour de la ville en voiture (on était dans la ville de l'automobile après tout...).




À gauche : le centre Renaissance, qui est devenu l'emblème de la ville. Au centre : l'ancienne gare de Détroit, aujourd'hui à l'abandon et complètement défenestrée (je connais une personne qui est déjà allée la visiter clandestinement, mais je ne vous dit pas qui). À droite : une boulangerie où tout avait l'air délicieux!




À Détroit, la population est vraiment avide de hockey. Vendredi, quand je suis arrivé, je suis allé voir la parti dans un pub contre les Blackhawks avec mon hôte, Chris, et son cousin. Il y avait aussi une partie contre le Canadien, dimanche. J'avais vérifié si je pouvais voir une partie en quelque part sur ma route (même à Détroit, ça restera moins cher qu'à Montréal), et je sais pas comment j'ai fait, mais j'ai manqué, ça...




Un coin de rue emblématique dédié à Rosa Park et à Martin Luther King. Moi, j'aurais remplacé MLK par McClure, mais ça, c'est une autre question (notez que R. Park est décédée à Détroit).




Ça, c'est l'église du Sacré-Cœur à Dearborn en banlieue de Détroit. Elle a été financée par le gouvernement irakien (Dearborn, c'est la «capitale» arabo-américaine et une très large partie de sa population est chaldéenne). À l'intérieur, on peut retrouver dans le choeur de l'église les lettres SH (pour Sacred Heart, Sacré-cœur en anglais), mais plusieurs y voyaient un subtile hommage à Saddam Hussein, qui s'est d'ailleurs vu remettre les clefs de Détroit à l'époque où il était dans les bonnes grâces du gouvernement américain (pendant la guerre Iran-Irak).